J'étais la seule fille de ma classe qui s'intéressait à la technologie

Emma McGowan, 1 avr. 2021 12:55:00
Emma McGowan, 1 avr. 2021 12:55:00

Comment la RSSI d'Avast a appris à connaître l'écosystème technologique de fond en comble

Jaya Baloo, Responsable de la sécurité des systèmes d'information d'Avast, ne voulait pas travailler dans la technologie. Née en Inde le jour de la Journée internationale de la femme, Jaya Baloo a déménagé aux États-Unis à l'âge de quatre ans lorsque ses parents ont commencé à travailler pour les Nations unies à New York. C'est là qu'elle a eu son premier contact avec les ordinateurs.

« Quand j'étais très jeune, j'étais la seule fille de ma classe qui s'intéressait vraiment aux ordinateurs, à en avoir un et à jouer avec », raconte Baloo. « Je pensais simplement que c'était un passe-temps. Je suppose que cela venait du fait que j'étais la seule fille. Je ne l'ai jamais considéré comme un potentiel pour un choix professionnel, parce qu'il n'y avait pas d'exemples féminins. Je me suis habituée à l'idée qu'il s'agissait d'une chose excentrique et bizarre chez moi - que j'aimais les technologies ».

Un « tout premier cybercafé »

L'intérêt de Baloo pour les technologies est réapparu alors qu'elle était étudiante à Harvard et qu'elle cherchait un moyen de gagner de l'argent. Elle a trouvé un emploi à Cambridge dans un « tout premier cybercafé » appelé CyberSmith, où elle montrait aux gens comment utiliser les stations de réalité virtuelle (RV) et les formait sur le fonctionnement d'Internet et « comment les ordinateurs se connectent les uns aux autres et ce que vous pouvez faire », dit-elle.

Mais même si elle était payée, la technologie restait un passe-temps - Baloo n'a pas suivi d'études techniques à l'école. Elle avait plutôt suivi les traces de ses parents et étudié les sciences politiques à Harvard.

« J'ai fait mon stage à Freedom House parce que j'avais l'impression que le droit et la politique étaient plus adaptés aux femmes et que c'était un modèle plus conventionnel de ce que je pouvais faire », explique Mme Baloo. « Il y avait beaucoup d'exemples de femmes dans la diplomatie, il était donc plus facile d'imaginer faire cela que d'imaginer aller dans la technologie, qui était complètement dominée par les hommes. Je ne peux pas penser à un seul modèle féminin à l'époque ».

Un premier emploi

Elle étudie donc les sciences politiques pendant la journée et travaille au magasin d'informatique pendant son temps libre. C'est alors qu'un client qui était en ville a remarqué ses compétences - et lui a offert un emploi dans son entreprise, Bankers Trust.

« C'était mon premier emploi », dit Baloo. Et je me suis dit : « Pourquoi continuer les sciences politiques si je fais déjà quelque chose que j'aime vraiment ? ».

C'est ainsi que le passe-temps excentrique de Baloo, qui l'amenait à se distinguer dans des salles remplies de garçons, est devenu un emploi. Et ce travail est devenu une carrière, car elle a enchaîné les postes dans le secteur de la technologie, apprenant à connaître l'écosystème de fond en comble. Aujourd'hui, en tant que cadre, Baloo est principalement entourée des hommes que ces garçons sont devenus. Et ce n'est pas toujours facile. Elle ressent une pression constante pour faire ses preuves en permanence, pour justifier non seulement chaque place qu'elle gagne, mais aussi pour occuper l'espace dans lequel elle se trouve actuellement.

je dois en faire deux fois plus

« Je connais des hommes qui cette situation et pour être honnête, je n'ai jamais vu d'hommes qui se disent continuellement : « Ok, je dois en faire deux fois plus. Ok, je dois en faire plus. Je dois en faire plus pour être meilleur », dit Baloo. « Alors que moi j'ai cette sensation constamment, ce qui n'est pas toujours sain ».

Ayant grandi sans aucun modèle féminin, Baloo s'est engagée à aider d'autres femmes à poursuivre leurs intérêts et leurs carrières dans les domaines techniques. À cette fin, elle est actuellement le mentor de cinq femmes. Le premier conseil qu'elle leur donne ? Soyez votre meilleure avocate.

Sauter la tête la première

« Créez votre propre marque, comprenez ce dont vous êtes capable, et soyez capable de l'expliquer à quelqu'un d'autre », dit Baloo. « Quelle est la seule chose que vous pouvez faire pour y parvenir ? Et ensuite, osez le faire ».

Et en parlant d'audace, Baloo n'hésite pas à sauter la tête la première - même si on se prend parfois des coups sur la tête. 

« Si quelque chose me fait vraiment peur, je me dis, ok, il suffit de sauter », dit Baloo.
« Et ça fait partie de ma nature impulsive. Je saute, même si je n'aurais peut-être pas dû le faire. Parfois, ça fait mal. Et vous tombez. Mais je dois dire que c'est mon seul truc. Sauter, tout simplement ».


Avast est un leader mondial de la cybersécurité, protégeant des centaines de millions d'utilisateurs dans le monde. Protégez tous vos appareils avec notre antivirus gratuit primé.