Actualités Avast

Une histoire de liberté

Erin Gallegos, 28 juin 2018

Les fondateurs d’Avast nous parlent des origines de l’entreprise, de sa croissance dans une Tchécoslovaquie communiste et de son avenir

À l’occasion des 30 ans d’Avast, nous avons interrogé nos fondateurs, Pavel Baudis et Eduard (Eda) Kucera, sur l’histoire d’Avast et sur son avenir. Les deux hommes se sont rencontrés dans un monde marqué par un profond manque de liberté. Au gré d’un cadre politique, social et technologique en évolution, ils ont créé ensemble Avast, une entreprise permettant à des centaines de millions de personnes de bénéficier d'une véritable liberté numérique. En quelques heures, nous avons appris les origines de l'antivirus Avast, comment ils ont créé leur propre entreprise après la Révolution de Velours, comment ils se sont imposés sur le marché mondial de l’antivirus, et comment ils sont passés au modèle économique du freemium, sans lequel la protection Avast ne pourrait pas être gratuite aujourd’hui. 

Ordinateurs ou jouets ?

Lorsque Pavel et Eda se sont rencontrés en Tchécoslovaquie, « l’informatique » n'existait pas. Il y avait cependant l’Institut de recherche sur les machines mathématiques, où ils travaillaient en 1988. Ensemble, Eda et Pavel ont exploré la technologie naissante des ordinateurs et ont écrit des systèmes d'exploitation pour les machines communistes. Même si, à cette époque, comme l'a rapidement souligné Eda, « les "ordinateurs" et la "technologie" relevaient d’une science très… capitaliste ».

« À cette époque, il était vraiment difficile d'obtenir quoi que ce soit des pays occidentaux, comme la technologie, car il y avait un embargo sur ce genre de choses », explique Eda. « Nous avons donc reçu des ordinateurs et on nous a demandé de créer des logiciels et un système d'exploitation… C'était difficile. »

L’institut travaillait en grande partie sur des logiciels pour de gros ordinateurs et les gens ne s’intéressaient pas particulièrement aux ordinateurs personnels qui commençaient à faire leur apparition dans les pays occidentaux. Un jour, nous avons reçu un PC assez petit pour tenir sur un bureau, le Olivetti M24. C'était le premier PC de l'institut et, bien qu'il s'agisse d'une toute nouvelle technologie, la plupart des chercheurs l'ont considéré comme un jouet.

« Ils ont reçu ce PC et personne n’en a voulu parce qu’il faisait penser à un "jouet". Alors il a terminé sur mon bureau », déclare Pavel. « J’ai eu beaucoup de temps pour jouer avec. J'ai étudié ce qu'il pouvait faire, ainsi que son langage d'assemblage pour le programmer. » Avec du recul, on réalise que c’était le meilleur moment pour se préparer, mais n’allons pas trop vite.

« La base d’Avast »

En mai 1988, un collègue est revenu de l’étranger avec une disquette qu’il a remise à Pavel. Dessus, se trouvait le notoire virus Vienna. Si les virus étaient encore rares, ce n’était pas le seul virus qui sévissait. Pour lui, ce fut une mystérieuse occasion de l’étudier et de le neutraliser, non pas parce qu'il aspirait à sauver le monde, mais parce que cela l’intéressait, « comme un jouet, un outil d'apprentissage ». Durant les jours qui suivirent, Pavel le démonta et analysa son comportement, fasciné par la façon dont il pouvait se propager.

Six ou sept mois se sont écoulés avant que Pavel ne neutralise un autre virus, mais il pensait déjà à écrire un programme qui empêcherait les virus d'infecter les PC. « J'ai mis au point un antivirus général qui vérifiait l'intégrité de l'ensemble d’un système pour voir si quelque chose avait changé. » Nous avons retenu notre respiration. Pavel a le pouvoir de minimiser l’importance de certaines choses, aussi a-t-il déclaré d’un ton calme et neutre :

« Ce fut donc la base d’Avast ».

Comme s'il lisait dans nos pensées, il a réduit l’importance de cette étape à cette conclusion, et a rapidement poursuivi. Voulant saisir l’opportunité de perfectionner ce programme antivirus, Pavel et Eda ont trouvé de nouveaux emplois dans une petite entreprise appelée Zenitcentrum, où ils pouvaient plus facilement accéder à des PC (ordinateurs Commodore C64) et profiter d’un peu plus d'indépendance pour se concentrer sur leur nouveau projet. Peu de temps après, ils ont décidé de se consacrer plus sérieusement à leur projet et se sont associés à d’autres esprits entrepreneuriaux pour créer la coopérative Alwil en novembre 1989. À l’époque, la coopérative était le seul type d'entreprise autorisé mais cela a permis à Pavel et à Eda de commencer à vendre leur antivirus : le logiciel AntiVirus Advanced SeT (AVAST), composé de nombreux utilitaires, qui a donné son nom à la société. (Le fait que le mot signifie aussi « arrêter » en anglais n’est qu’une coïncidence.) Ils ont connu un succès modeste en vendant leur antivirus et d’autres logiciels, principalement à des organisations gouvernementales.

« Évidemment , avec la révolution, tout a changé. »

Un monde de faux-semblants

Bien sûr, dire que tout a changé est un euphémisme. Quand ils étaient petits, nos fondateurs avaient des ambitions assez normales : Pavel voulait tout faire, aussi bien éboueur qu’astronaute, et Eda se voyait chef. Mais le monde dans lequel ils ont grandi n’est pas celui d’aujourd'hui. En essayant de décrire précisément la Tchécoslovaquie communiste, Eda admet brutalement qu’il ne s’agissait que de faux-semblants. Alors qu’ils promettaient un monde égalitaire, les dirigeants n’ont créé qu'un monde où les gens faisaient semblant de travailler et d’être payé. Vous ne pouviez pas vraiment choisir votre carrière, exprimer votre opinion, faire preuve d’ambition, acquérir de l’expérience pour savoir qui vous vouliez être ou avec qui vous vouliez être. Au cours de leur vie, les deux hommes ont fortement ressenti ces contraintes.

Eda nous a décrit un monde dans lequel la police secrète rassemblait des informations sur l’emplacement des personnes, sur leurs croyances et leurs biens, ne laissant aucune place à la vie privée. « C'est ce qui nous rend si sensibles aux questions de sécurité et de confidentialité », ajoute-t-il. Cela nous a tout de suite rappelé le monde connecté dans lequel nous vivons aujourd’hui, où les gens ne réalisent pas qu’ils échangent leur confidentialité contre des actions, des loisirs et du confort.

La différence, c’est qu’aujourd’hui, nous avons le choix : Avast existe pour que les gens puissent profiter de leur liberté. Pourtant, avant la Révolution de Velours, un tel monde semblait inconcevable. Même en novembre 1989, alors que le mur de Berlin était déjà tombé, que la Pologne et la Hongrie s'étaient libérées de leurs dirigeants communistes et que l'URSS commençait à s'effondrer, peu de Tchèques s’attendaient à ce que le monde change si rapidement. Eda et Pavel faisaient partie des milliers de protestants qui faisaient du bruit avec leurs clés chaque jour sur la place Venceslas, au cours de manifestations massives.

Et puis, tout s’est arrêté presque aussi soudainement que cela a commencé. À la fin de l’année 1989, le communisme avait perdu son emprise sur le pays. Alors que les gens célébraient leur nouvelle liberté et que le pays commençait à se réorganiser pour une nouvelle ère, Pavel et Eda ont compris les possibilités qui s'offraient à Alwil. Eda se souvient avoir fait ses premiers calculs : « J’ai essayé de réunir des informations sur le nombre de licences que nous pourrions vendre, sur leur prix unitaire, et sur la façon dont nous pourrions gagner de l’argent. Puis j’ai soustrait le prix de location des bureaux et du matériel et j’ai obtenu des résultats très positifs. On pourrait dire que c'était la première version de notre business plan. »

Cette perspective de rendement n’était pas leur seule raison de diriger leur propre entreprise. Leurs aspirations étaient très humaines. « Nous voulions faire ce que nous aimions et quand nous le voulions. C'était le plus important. » Ils quittent alors la coopérative Alwil pour se consacrer exclusivement à leur logiciel antivirus. Au printemps 1991, ils créent Alwil Trade et Alwil Software s.r.o., pour distribuer et créer leur produit sur des disquettes.

Concluons un marché

Au milieu des années 1990, le marché de l’antivirus était déjà envahi par Alwil, Grisoft (le fabricant d’AVG, établi à Brno en 1991) et ESET, une société slovaque aussi présente en République tchèque. À cette époque, la plupart des pays n’avait qu’un seul fournisseur d’antivirus, mais Alwil prospérait malgré la rude concurrence. En 1995, Ondrej Vlcek, notre actuel directeur de la technologie et VPE de la division Grand public, a rejoint l’entreprise et co-écrit le premier antivirus d’Alwil pour Windows 95. Vers 1994, Alwil avait commencé à soumettre son antivirus Avast à des tests tous les six mois, ce que faisaient toutes les entreprises du marché.

« Alwil a été la toute première entreprise à recevoir 100/100/100 au test du Virus Bulletin », déclare Eda avec fierté. Nous sommes au milieu de l’année 1996 et ce résultat ne passe pas inaperçu. Peu après, l'un des principaux acteurs du marché de l’antivirus aux États-Unis l’a appelé.

« En décembre 1996, une personne de McAfee nous a appelés. »

Eda décrit les premières demandes avec perplexité. À l’époque, McAfee était le leader du secteur de la cybersécurité. Ils s’étaient imposés suite à l'hystérie générale provoquée par le virus Michelangelo. Aux États-Unis, ils dominaient le marché de l'antivirus grand public et fournissaient la majorité des solutions de cybersécurité de l'armée. Pour eux, tout allait pour le mieux mis à part un petit problème : leur antivirus était faible.

Comme nous l’a raconté Eda, ils lui ont demandé « s'il serait possible de leur rendre visite. Alors nous avons accepté. "Pourquoi pas ?"... Nous avons compris qu'ils voulaient nous racheter. » À l’époque, Alwil n’avait pas de modèle freemium et ne distribuait pas ses produits dans le monde entier. Son marché était local et se limitait surtout à « vendre le produit à des grandes entreprises, à des institutions gouvernementales et à des entreprises locales ».

Son intuition selon laquelle McAfee souhaitait racheter leur entreprise était bonne, mais l’offre d’achat était décevante. Ne voulant pas renoncer à leur commerce ni à leur liberté et percevant une possibilité différente, Alwil a proposé un autre accord. Eda se souvient : « Nous avons proposé qu’Avast accorde une licence de son moteur à McAfee. Au départ, ils ont immédiatement refusé… Mais au bout de deux semaines, ils ont accepté notre offre. »

Au début de l’année 1997, le moteur Avast a propulsé l’antivirus de McAfee. Puis McAfee a fini par racheter une autre entreprise pour pouvoir créer en interne son propre antivirus. Grâce à cette coopération, Alwil a pu acquérir une stabilité financière et une meilleure compréhension des possibilités qu’impliquait une entrée sur le marché mondial.

Si vous le distribuez gratuitement, est-ce que les gens paieront ?

Avec la propagation croissante des virus, la concurrence sur le marché de l'antivirus a régulièrement augmenté vers le milieu des années 1990. Les macro-virus faisaient des ravages sur les systèmes Windows. Plus la technologie se complexifiait, plus ceux-ci devenaient difficiles à sécuriser. Des grandes entreprises des États-Unis, comme Symantec, intégraient des pays plus petits, comme la République tchèque, et tentaient de dominer le marché.

« Après l’an 2000, continuer semblait difficile car les ventes en République tchèque baissaient et le coût de développement augmentait », déclare Eda. En se rappelant la situation d’Alwil à cette époque, il secoue la tête. « Il nous restait des économies de McAfee, mais nous avons été dans le rouge pendant deux ou trois ans et faisions vraiment faillite. » En repensant à ce souvenir, Pavel sourit. « Pour rester sur le marché, nous devions faire quelque chose de remarquable. » Ils étaient prêts à prendre des risques. Et c’est ce qu’ils ont fait.

En 2001, Eda et Pavel ont décidé de distribuer gratuitement la version basique de leur antivirus, « dans l’espoir que quelqu'un se déciderait un jour à payer. » Avec ce changement de modèle économique, ils prenaient un risque considérable, bien qu’il ne s’agisse pas d’un premier essai. En 2000, AVG avait commencé à proposer une version gratuite de sa protection basique, mais uniquement au Royaume-Uni et aux États-Unis. Cela les a aidés mais comme l’a souligné Eda, les habitants des autres pays étaient fâchés de devoir continuer à payer. Prêts à prendre un gros risque et tâchant de ne pas répéter les mêmes erreurs, Eda se souvient qu’ils ont décidé de se mondialiser malgré leur compte en banque vide. Puis ils ont patienté. Et encore patienté.

« Nous avons ouvert notre première e-boutique et cela a pris du temps », se souvient Pavel. « Au bout de neuf jours, nous n’avions toujours rien vendu. Nous étions vraiment stressés à ce moment-là. Heureusement, le dixième jour a constitué le point de rupture, avec notre première vente. Très rapidement, les ventes se sont multipliées. Il faudra attendre encore un certain temps pour voir leur témérité porter ses fruits. « Nous avons atteint le premier million d'utilisateurs au bout de 30 mois », a brièvement hésité Pavel, puis il a poursuivi : « Deux ans plus tard, nous avions plus de 20 millions d’utilisateurs ». Seulement un an plus tard, dans une période de croissance explosive, le nombre d'utilisateurs a doublé pour atteindre les 40 millions alors qu’Avast ne comptait toujours que 38 collaborateurs (qui ne manquaient pas de travail). Cette poussée de croissance s’est poursuivie au-delà de leurs espérances.

Plus pertinent que jamais

Il ne fait aucun doute que le passage au modèle freemium a non seulement sauvé l'entreprise, mais aussi contribué à redéfinir le secteur. Aujourd'hui, il continue à façonner l'ensemble de notre monde connecté. Nous devons donc nous protéger contre les dangers qui pèsent sur notre vie numérique. Dangers qui se développent à mesure que les pirates créent des communautés sur le darknet, que les technologies évoluent et que les gens ne se protègent pas et ne prennent pas conscience de ce qu’ils partagent ou de qui voit ce qu’ils partagent. Avec une technologie avançant à une vitesse vertigineuse, les criminels et les organismes juridiques ont de plus en plus d’occasions de limiter la liberté qui formait jadis le fondement de l’Internet ouvert.

Cela veut dire que nous, aussi bien Avast que les internautes du monde entier, sommes de plus en plus chargés d’empêcher cela. Mais est-ce que tout le monde comprend bien cela comme nous le faisons, dans notre bulle du secteur de la sécurité ? Malheureusement non. Et peut-être ne peuvent-ils pas le voir aussi clairement que Eda et Pavel, qui ont vécu dans un monde sans ces valeurs. La seule différence entre hier et aujourd'hui, c’est peut-être que les effets du crime et des intrusions dans notre vie privée sont plus visibles. Les cookies de suivi, les applications et les réseaux Wi-Fi ouverts ne font pas aussi peur qu’une police secrète.

« On dirait que les gens s’en moquent ! », déclare Eduard avec exaspération après une analyse passionnée de la lente dégradation de la confidentialité, citant Edward Snowden : « Prétendre que votre droit à une sphère privée n'est pas important parce que vous n'avez rien à cacher revient à dire que la liberté d'expression n'est pas essentielle, car vous n'avez rien à dire. »

La question de la confidentialité (et par extension, de la liberté) semblait peser lourd dans l’esprit du fondateur, et pour de bonnes raisons. Il semble qu’aucun jour ne passe sans qu’une nouvelle technologie soit brevetée ou qu’une loi soit adoptée et mette en péril nos libertés. Comme l’a fait remarquer Pavel peu après Eda : « La vie privée est l’aspect le plus important de la liberté. Et pourtant, elle semble se dissoudre un peu plus chaque jour ».

Et maintenant ?

Notre mission est de créer un monde qui offre sécurité et confidentialité à tous, peu importe qui vous êtes, où que vous soyez et comment vous vous connectez. Et même si nous combattons le crime et les regards indiscrets d’une autre façon qu’il y a 30 ans, nos principes restent les mêmes : assurer la liberté de toutes celles et ceux qui se connectent.

C’est ce que nous faisons depuis 30 ans. Et comme nos fondateurs, nous savons que nous ne devons pas considérer notre succès comme acquis. En fait, il est temps d'être vigilants et de garder une longueur d'avance sur les méchants et de ne jamais négliger ce qui importe vraiment : notre sécurité, notre famille et notre liberté.