Garry Kasparov

Une nouvelle ère pour la politique et la sécurité de l'information

Garry Kasparov, 23 novembre 2016

L'élection présidentielle américaine de 2016 a conduit à la désignation du républicain Donald Trump comme quarante-cinquième président des États-Unis.

 Les élections du 8 novembre ont défié presque toutes les opinions d'experts exprimées avec confiance sur les médias traditionnels. Comme beaucoup de spécialistes l'ont remarqué depuis, bien que tardivement, le résultat fut un rejet total de l'"establishment" politique du pays. Plus que cela, ce fut une répudiation du réseau d'information centralisé et élite qui croyait, à tort, détenir encore le monopole sur l'opinion publique.

Le résultat de l'élection présidentielle de cette année est un indicateur sévère que la domination des journaux et de la télévision est passée et que le nouveau baromètre de l'humeur du public se reflète désormais sur les réseaux sociaux - ce que Donald Trump a mieux compris que tous les analystes et commentateurs qui avaient prédit sa défaite.

Pensez à toutes les critiques de la campagne Trump qui disaient qu’il n’avait pas d'équipe forte sur le terrain, tandis que l'énorme staff de Clinton et ses équipes de bénévoles appelaient tous les numéros de téléphone disponibles et frappaient à toutes les portes. Pendant ce temps, la stratégie de Trump consistait à inonder Twitter d’insultes, de vantardises et de mensonges flagrants, souvent jusque tard dans la nuit.

Mais cette approche s'est avérée être beaucoup plus adaptée à l'époque dans laquelle nous vivons, dans laquelle nous pouvons recueillir nos propres flux d'information plutôt que d'accepter passivement l’information filtrée par les gardiens des médias de masse.

En outre, il faut un niveau élevé d'éducation pour séparer le fait de la fiction dans la jungle d'information dense qu'est Internet. Le président élu des États-Unis a exploité le potentiel de la toile mieux que tout autre candidat durant ce cycle électoral en laissant sa trace sur les réseaux sociaux et en ayant un impact durable sur des millions d'Américains. Ses opinions pouvaient toutes se résumer en phrases brèves, explosives, viscéralement émotives - « Construire un mur », « Hillary corrompue » - et il a prouvé qu’aujourd'hui, cette stratégie est plus efficace que les textes politiques détaillés de l'équipe de Clinton sur son site Internet.

Finalement, l'élection est devenue un référendum sur Clinton, une candidate profondément imparfaite. Trump a puisé dans la franchise et l'intimité des nouveaux modes de communication disponibles pour consolider son statut d'outsider politique et donc de critique légitime de la classe politique enracinée. Le taux d'approbation sortant d'Obama était de plus de 50% (si nous pouvons toujours faire confiance à tous les sondages !) ; avec ce genre de soutien, le précédent historique nous dit que le candidat du même parti devrait gagner.

Les représentations de Trump consistaient, en grande partie, en un acte d'accusation contre le caractère terni de Clinton, et pas seulement l'insatisfaction à l'égard des politiques de l'administration actuelle.

Je ne tenterai pas de tirer toutes les leçons pour les hommes et les femmes politiques des États-Unis, car je suis sûr que beaucoup de voix essaient de définir une vision cohérente pour l'avenir. Je me suis limité à commenter les répercussions sur la façon dont nous partageons et consommons l'information.

Mais un autre point essentiel demeure : la protection de cette information. Tout comme nous avons accès à des contenus de plus en plus diversifiés, leur sécurité est également de plus en plus menacée, que ce soit par des pirates informatiques ou par des gouvernements étrangers. Le plus grand faux pas de Clinton - son utilisation d'un serveur privé de messagerie privée pour des documents gouvernementaux hautement confidentiels - est devenu une pièce maîtresse des attaques de Trump.

Les communiqués continus de WikiLeaks sur les e-mails volés de Clinton et ses conseillers ont donné aux accusations de Trump un approvisionnement régulier en munitions et ont accablé les répliques de Clinton. Il n'est pas exagéré de dire qu’une mauvaise sécurité en ligne a décidé de l'élection ainsi que du cours de l'histoire américaine et, inévitablement, mondiale.

Si nous n'avons qu'une leçon irréfutable à tirer de la défaite de Clinton, c'est bien que les systèmes modernes exigent des mesures de sécurité modernes. Il est crucial de comprendre que la suppression est une notion désuète et le terme « privé » n'est pas synonyme de sécurité. Alors que nous réfléchissons à la façon de mieux structurer et exploiter les systèmes d'information pour assurer des démocraties saines, n'oublions pas la première étape d'un tel projet : maintenir nos communications privées et nationales en toute sécurité.

 

À propos de Garry Kasparov :

Garry Kasparov est né en 1985 à Bakou, en Azerbaïdjan, en Union Soviétique. Il est devenu le plus jeune champion d'échecs mondial de l'histoire en 1985 et a été le meilleur joueur du monde depuis 20 ans jusqu'à sa retraite en 2005. Ses matchs contre son concurrent Anatoly Karpov et le supercalculateur IBM Deep Blue ont popularisé les échecs et l'intelligence des machines d'une manière incroyable. Kasparov est devenu un leader pro-démocratique en Russie et un défenseur franc de la liberté individuelle dans le monde, une mission qu'il continue de poursuivre en tant que président de la Human Rights Foundation basée à New York.

Il est conférencier à l'Oxford-Martin School, où ses présentations se concentrent sur la collaboration homme-machine. Kasparov est un orateur provocateur qui se présente fréquemment devant les auditoires d'affaires, universitaires et politiques pour parler des prises de décision, de stratégie, de technologie et d'intelligence artificielle. Ses écrits sur la politique, la cognition et la technologie sont apparus dans des douzaines de publications importantes à travers le monde.

Il a écrit deux séries de livres sur les échecs et les best-sellers "How Life Imitates Chess on decision-making" et "Winter Is Coming on Russia and Vladimir Putin". Son nouveau livre, "Deep Thinking: Where Machine Intelligence finishes and Human Creativity Begins" sortira en mai 2017. En 2016, il a été nommé Ambassadeur en Sécurité (Security Ambassador) par Avast Software, où il discute de la cyber-sécurité et de l'avenir numérique. Il vit à New York avec sa femme Dasha et leurs deux enfants.

 

Merci d’utiliser Avast Antivirus et de nous recommander à vos amis et votre famille. Pour toutes les dernières nouvelles, n’oubliez pas de nous suivre sur FacebookTwitter et Google+.