Actualités de la sécurité

10 choses que vous devez savoir à propos de la surveillance sur Facebook Messenger

Jeff Elder, 24 août 2019

Découvrez ce qu’il s'est passé, ce que vous pouvez faire pour protéger votre vie privée et pourquoi les grandes entreprises de haute technologie emploient des personnes pour vous écouter.

Les controverses sur Facebook vont et viennent. Une des plus récentes, liée à la surveillance et à la transcription de conversations d’utilisateurs, trouble particulièrement les responsables gouvernementaux, les organes de surveillance de la vie privée et les utilisateurs. Nous répondons ici à 10 questions que vous pourriez vous poser sur l’affaire.

Sur quoi porte la controverse ?

Bloomberg rapporte que Facebook a employé des auto-entrepreneurs pour écouter et transcrire les messages vocaux d'utilisateurs de Facebook Messenger. Si ceux-ci avaient bien autorisé la retranscription de leurs conversations vocales par Intelligence artificielle (IA), ils n’avaient pas été prévenus que la retranscription de leurs conversations serait effectuée par des humains. Les transcripteurs ont déclaré à la presse qu'ils ne savaient pas d’où provenaient les enregistrements audio ni comment ceux-ci avaient été obtenus et que sur le plan éthique, leur mission les préoccupaient.

Selon Facebook, les transcripteurs étaient chargés de vérifier si l'intelligence artificielle de l’entreprise de médias sociaux interprétait correctement les messages, qui étaient anonymisés. L’entreprise a déclaré au CNET, média sur les technologies, qu’elle avait arrêté ces pratiques en affirmant : « nous avons suspendu la vérification des audios par les humains ».

Pourquoi des employés de grandes entreprises technologiques nous écoutent-ils ?

Pour comprendre exactement ce que nous leur disons, les assistants vocaux ont besoin d'un accompagnement humain. Amazon, Apple, Facebook, Google et Microsoft ont tous payé des gens pour écouter les conversations de leurs utilisateurs. Comme l’a publié The Antlantic : « S’il n’y a pas tant de scandales liés à la surveillance humaine, c'est parce que les utilisateurs n’ont aucune idée de la façon dont fonctionne la technologie d’assistance vocale. »

Comment protéger sa confidentialité ?

Pour échapper à ce type d’espionnage, ne transcrivez pas vos propres messages sur Facebook Messenger, passez aux conversations secrètes cryptées de Facebook et limitez l’accès au micro de votre téléphone, comme expliqué dans cet article de Lifehacker.

Au fond, quel est le problème ?

« N’allez pas croire pas que vous disposez de confidentialité sur vos applis » déclare Chandler Givens, Directeur de la gestion des produits pour la confidentialité des consommateurs chez Avast. « En fait, à chaque fois que vous utilisez une application de messagerie, vos conversations vocales ou écrites peuvent être capturées par des tiers ou par l’entreprise qui a créé l’application. Il faut se prêter au test du journal : comment vous sentiriez-vous si votre conversation apparaissait à la une d'un journal ? Si cela vous mettrait mal à l’aise, passez plutôt un appel. »

Quelles types de choses les employés écoutent-ils ? 

Toutes sortes de choses, y compris des informations très personnelles. La chaîne de télévision belge VRT NWS affirme que parmi les 1 000 enregistrements qu’elle a obtenus de Google, figuraient du contenu à caractère sexuel ou violent, des informations médicales ou encore des demandes vocales de pornographie.

L'incident Facebook est-il pire que les précédents ?

Cela dépend de votre façon de voir les choses. Apple, Google et Amazon ont aussi collecté des commandes vocales de leurs utilisateurs mais cela ne fait pas scandale parce qu’ils l’ont fait seulement sur leurs appareils et dans un objectif qu'on peut considérer légitime, à savoir l’amélioration de la compréhension de leur IA. Tous les incidents ne sont pas aussi médiatisés que celui de Facebook, mais il n’en existe pas moins. Par exemple, Microsoft continue de transcrire les conversations des utilisateurs de Skype.

Comment le gouvernement des États-Unis réagit-il à cette affaire ?

La Commission fédérale du commerce (FTC) a approuvé des mesures pour lutter contre l'espionnage sur Facebook, mais a vivement reproché aux législateurs de ne pas en faire assez. Josh Hawley, républicain du Missouri, a déclaré au New York Times que la FTC ne parvenait pas à punir Facebook de façon efficace.

Qu’est-ce que Facebook sait de nous ?

Beaucoup de choses. Pour vous faire une idée, consultez vos préférences publicitaires sur votre compte Facebook. Mais ne soyez pas surpris s’il dépeint un profil inexact de vous. Selon le Pew Research center, environ la moitié des utilisateurs de Facebook est gênée de la catégorie dans laquelle les a mis la plateforme, et 27 % affirme que les classifications du site ne les représentent pas avec précision.

D’accord, Facebook fait de la surveillance, mais est-ce qu’il a déjà manipulé des utilisateurs ?

Oui. Dans une étude remontant à 2014, Facebook avait manipulé les flux d'actualités de près de 700 000 utilisateurs pour mesurer son impact sur leurs émotions. L’expérience a été largement condamnée, d’autant plus que Facebook a manqué de transparence dans la gestion du scandale.

Est-ce que les enfants utilisent l’application Messenger ?

L’appli Messenger Kids a été critiquée par les autorités états-uniennes pour son manque de confidentialité. Elle soulève aussi d’autres problèmes comme le fait de donner aux enfants la possibilité de participer à des discussions de groupe sans l'approbation de leurs parents.