Conseils

Comment protéger les enfants des prédateurs en ligne ?

Emma McGowan, 15 juin 2021 14:37:24
Emma McGowan, 15 juin 2021 14:37:24

Sur certaines plateformes, il n'y a pas besoin de demande d'ami pour pouvoir envoyer des messages

La sollicitation en ligne d'enfants par des prédateurs sexuels est un sujet auquel les gens détestent penser - et encore moins parler. Mais pour assurer la sécurité des enfants en ligne, il est essentiel que les parents engage la conversation sur ce qu'on appelle le grooming en ligne. Il est important de dialoguer régulièrement avec vos enfants à ce sujet.

La psychothérapeute et auteure Catherine Knibbs, qui travaille avec des clients ayant subi des traumatismes en ligne, craint que le grooming en ligne des enfants soit plus courant que la plupart des gens ne le pensent. Dans sa pratique, elle a vu des enfants de moins de 10 ans qui ont été sollicités et utilisés en ligne. Les effets à long terme, dit-elle à Avast, sont « les mêmes que s'ils avaient été physiquement maltraités ».

Knibbs affirme que toute plateforme où des inconnus peuvent entrer en contact a le potentiel d'être utilisée pour la sollicitation d'enfants en ligne, surtout s'il s'agit d'une plateforme que les parents n'utilisent pas ou ne comprennent pas eux-mêmes.

Les enfants peuvent être rapidement déplacés d'une plateforme à l'autre si c'est dans l'intérêt du prédateur.

« Discord, par exemple », dit Knibbs. « C'est une application fantastique - je ne blâme pas Discord. Mais comme c'est un endroit où l'on peut partager des fichiers, un agresseur va probablement partager une image avec l'enfant et demander une image en retour ».

De plus, selon Knibbs, les enfants peuvent être rapidement déplacés d'une plateforme à l'autre si c'est dans l'intérêt du prédateur. Par exemple, si un enfant joue à la PS4 sans filtre, un adulte peut intervenir et mentionner une autre plateforme plus « cool ». Les jeunes enfants peuvent être plus prompts à télécharger et à accéder à cette plateforme parce qu'on leur dit qu'elle est « cool », ce qui les éloigne de la communauté familière et solidaire de la plateforme approuvée par les parents.

Si la perspective qu'un enfant soit victime d'une sollicitation en ligne est effrayante, il existe des mesures que les parents peuvent prendre pour protéger leurs enfants. Poursuivez votre lecture pour obtenir les conseils professionnels de Mme Knibbs sur la manière de protéger les enfants des prédateurs sexuels en ligne.

 


Qu'est-ce que la manipulation d'enfants en ligne ?

Avant de nous plonger dans les conseils, parlons des principes de base : Qu'est-ce que la manipulation psychologique d'enfants en ligne ?

Le « grooming » en ligne est l'intention délibérée d'un auteur de crimes contre les enfants de solliciter, d'exploiter et d'interagir avec un enfant de moins de 16 ans à des fins sexuelles et de gain monétaire », explique Knibbs. « Il y a la prise de contact, il y a la préparation. Mais parfois, cette préparation peut être aussi rapide que « Tu as un beau visage. Je me demande ce qu'il y a sous ce pull ».

Ils recherchent l'enfant qui répondra rapidement, même si c'est par la négative, car cela ouvre la porte à la conversation.

Si cela peut sembler abrupt, Knibbs affirme que de nombreux prédateurs en ligne sont aussi abrupts dans leur approche. Les prédateurs ciblent les enfants en adoptant une approche dispersée, semblable à celle des prospecteurs en ligne. Ils recherchent l'enfant qui répondra rapidement, même si c'est par la négative, car cela ouvre la porte à la conversation.
Selon Mme Knibbs, de nombreuses personnes appliquent encore le modèle de Finkelhor, qui repose sur quatre conditions préalables à l'abus sexuel d'un enfant, au conditionnement en ligne :

  • un délinquant prédisposé à abuser sexuellement d'un enfant ;
  • la capacité de surmonter toute inhibition interne à agir sur cette prédisposition ;
  • la capacité de surmonter les obstacles externes, tels que le manque d'accès à l'enfant ou la supervision de l'enfant par d'autres personnes ; et
  • la capacité de surmonter toute résistance ou réticence de la part de l'enfant. Et si ce processus peut prendre beaucoup de temps en personne, le grooming et l'exploitation en ligne peuvent se produire en quelques minutes.

« Ils ne perdent pas de temps, car ils n'ont pas besoin de se rendre plusieurs fois chez l'enfant pour devenir une personne de confiance dans sa vie et dans son entourage », explique M. Knibbs. « Une fois que l'enfant est engagé dans une activité qui n'est pas nécessairement illégale ou sexuelle, on lui dit que c'est sexuel ».

Par exemple, une fille peut se trouver dans un chat vidéo et se voir demander de faire quelque chose qui n'est pas nécessairement illégal ou sexuel, mais le prédateur lui dit que c'était "impoli" et qu'il va le dire à ses parents. Il utilise ensuite cette action pour la faire chanter et l'obliger à faire d'autres choses, de plus en plus sexuelles.

« Le grooming implique toujours un certain degré d'acceptation de la peur de l'enfant », explique Knibbs. « Les jeunes enfants ont peur de s'attirer des ennuis. Les enfants plus âgés ont peur que leurs camarades le découvrent, ainsi que leurs parents ».

Selon Mme Knibbs, les méthodes utilisées sont similaires à d'autres cybercrimes, comme l'escroquerie et le phishing.

« C'est de l'ingénierie sociale, mais avec un résultat beaucoup plus macabre », explique-t-elle. « Il ne s'agit pas de quelqu'un qui essaie d'obtenir les coordonnées bancaires d'un enfant. C'est quelqu'un qui essaie d'obtenir des images qui peuvent être échangées avec d'autres malfaiteurs ».


Comment parler aux enfants de la manipulation psychologique en ligne ?

Lorsqu'il s'agit de parler aux enfants de la sollicitation psychologique en ligne, il n'y a pas de solution miracle. Il n'existe pas non plus de conversation ou de méthode « unique » qui les protégera efficacement pendant toute leur enfance. Attendez-vous plutôt à avoir plusieurs discussions sur la sécurité en ligne au cours de l'enfance de votre enfant. Pour commencer à développer l'esprit critique, apprenez à votre enfant à poser des questions.

Plutôt que de dire « Il y a des gens méchants en ligne », a déclaré Mme Knibbs à Avast. Dites quelque chose comme « Qui sont ses amis en ligne ? Comment sais-tu qu'il s'agit d'un ami et pas seulement d'une personne à qui tu parles ? Comment savez-vous qu'il s'agit d'une personne authentique ? ».

Il est également important de se rappeler que l'esprit d'un enfant ne fait pas les mêmes connexions que celui d'un adulte. Par exemple, selon Knibbs, c'est une bonne idée de demander à un enfant de moins de 12 ans : « Comment sais-tu à qui tu parles sur Discord ? ». N'oubliez pas que, dans ce cas, il est possible qu'il pense que la conversation qui en résulte ne s'applique qu'à Discord.

Interrogez votre enfant sur sa vie en ligne, tous les jours.

« C'est parce que les enfants ne généralisent pas », explique Knibbs. « Ce n'est tout simplement pas dans leurs attributions cognitives de le faire ».

Dans cette optique, Knibbs suggère de ne pas laisser les enfants de moins de 13 ans - et qui ne sont donc pas encore capables d'avoir un esprit critique - seuls avec des appareils. Cette règle peut être difficile à faire respecter, surtout si des frères et sœurs plus âgés ou des amis ont des appareils, mais l'établissement de cette règle, combiné à l'enseignement de l'esprit critique, peut aider à combattre le grooming en ligne.

Enfin, interrogez votre enfant sur sa vie en ligne, tous les jours.

« Je sais que la 50e fois dans la journée que vous entendez parler du nouveau serveur Minecraft et du bloc Obsidian, vous ne voulez pas l'entendre », dit Knibbs. « Mais c'est la même chose que lorsqu'ils parlent de ce qui se passe à l'école. Nous nous intéressons à ce qui se passe à l'école parce que nous sommes curieux et nous devons faire la même chose avec l'espace numérique, parce que c'est beaucoup plus grand que la cour de récréation ».


Avast est un leader mondial de la cybersécurité et de la protection de la vie privée avec des centaines de millions d'utilisateurs dans le monde. Protégez tous vos appareils avec notre produits antivirus, anti-ransomware et de protection de la vie privée.