Conseils

Rencontres en ligne : comment ne pas tomber dans le piège des arnaques aux sentiments.

Kevin Martin, 26 octobre 2015

Rencontres en ligne : comment ne pas tomber dans le piège des arnaques aux sentiments.

Selon une récente étude menée par Avast, 23 % des français interrogés seraient actuellement inscrits sur un site ou une application de rencontres et 31 % d’entre eux seraient déjà tombés amoureux d’une personne rencontrée en ligne avant même leur premier rendez-vous. Trouver l’amour en ligne est donc possible, cependant, le chemin pour y arriver peut être semé d’embûches.

En effet, le nombre de victimes de « love scams » ou arnaques aux sentiments ne cesse d’augmenter. Ce phénomène très médiatisé aux États-Unis depuis quelques années reste assez méconnu en France et de plus en plus de personnes vulnérables tombent dans les filets de ces escrocs sans scrupules.

Le manque d’information relatif à ce phénomène est sans aucun doute la cause du nombre grandissant d’arnaques qui fleurissent sur les sites de rencontre. Cependant, prévenir n’est pas suffisant, il faut aussi éduquer les internautes afin qu’ils aient à leur disposition les outils nécessaires pour identifier le mode opératoire de ces arnaqueurs qui se répète encore et toujours et éviter de nombreux déboires aussi bien financiers que psychologiques.

De plus, il est important de s’informer sur les différents types d’arnaques qui existent en ligne. En effet, il est impossible de reconnaître que nous sommes en danger si ce danger nous est inconnu.

L’arnaque à la webcam : les petits jeux coquins par webcams interposées sont à éviter !

Il est tard, vous faites la connaissance d’une charmante personne sur un site de rencontre. Au fil des heures, une certaine confiance s’installe et vous partagez avec elle des informations personnelles comme votre numéro de téléphone ou votre page Facebook. Cette personne vous propose alors de passer à une discussion via webcam.

Souvent, les escrocs utilisent la vidéo d’une femme ou d’un homme diffusée en boucle afin de maintenir l’illusion qu’une véritable interaction a lieu entre vous et votre interlocuteur. Le but est de vous mettre en confiance afin de vous pousser à vous mettre dans des situations compromettantes.

Ces images sont alors enregistrées et l’escroc vous menace de les diffuser sur Facebook ou de les envoyer à vos proches si vous ne lui envoyez pas d’importantes sommes d’argent (bien souvent en mandat cash vers la Côte-d’Ivoire). 34 % des personnes interrogées par Avast ont d’ailleurs affirmé avoir été sollicitées par une personne rencontrée sur Internet qui leur réclamait de l’argent. 10 % d’entre eux se sont laissés convaincre et ont fini par lui envoyer cet argent.

Comment réagir ?

Tout d’abord, ne paniquez pas et n’envoyez surtout pas d’argent. Cela ne règlera pas le problème. Ces personnes n’ont aucun scrupule et continueront de vous menacer. Ne répondez plus aux messages, bloquez cette personne sur votre service de messagerie en ligne ou sur votre compte Facebook et changez immédiatement vos paramètres de confidentialité afin qu’il ne puisse plus accéder au contenu de votre page et que votre liste d’amis reste privée. Cela suffit souvent à se débarrasser de l’escroc.

Signalez ensuite cette escroquerie sur www.internet-signalement.gouv.fr ou contactez le service Info Escroqueries au 0811 02 02 17 depuis la France.

De nombreuses ressources sont disponibles sur Internet, il est important de se renseigner afin d’en savoir plus sur le sujet et d’éviter de tomber dans certains pièges. N’hésitez pas à faire quelques recherches sur Google en tapant simplement « arnaques sur Internet » ou « arnaques aux sentiments ».

Le site www.arnaqueinternet.com, par exemple, regorge d’informations essentielles sur les arnaques en ligne. Vous y trouverez les témoignages de victimes, les photos les plus utilisées par les brouteurs sur les sites de rencontres, les différents types de scams en ligne et des conseils utiles pour vous en sortir.

L'arnaque à la Nigériane : toujours le même scénario et un seul but, vous soutirer de l'argent.

De plus en plus de personnes vulnérables sont victimes de ceux que l'on appelle les « brouteurs », terme ivoirien faisant référence aux moutons qui se nourrissent sans effort. En effet, ces arnaques leur rapportent des dizaines de millions d'euros chaque année en restant simplement derrière leur écran d'ordinateur. Comment ces escrocs opèrent-ils ? Comment éviter de tomber dans leurs filets ?

Les brouteurs s'attaquent généralement aux personnes d'un certain âge, divorcées ou veuves, en demande d'amour et d'attention et n'étant pas familiarisées avec les nouvelles technologies. Leurs terrains de chasse sont le plus souvent les sites de rencontre ou les réseaux sociaux où ils créent de faux profils et tentent de charmer leurs victimes. Très vite, ils leur font croire qu'ils sont amoureux. La victime est donc mise en confiance, s'imagine déjà en couple et développe une dépendance affective.

C'est à ce moment-là que la seconde phase de l'arnaque peut commencer. Le brouteur, qui prétend généralement être veuf, travailler dans l'import-export, être architecte ou chef de chantier doit se rendre soudainement en Côte d'Ivoire, au Nigéria ou au Bénin afin de récupérer un héritage ou faire des affaires. L’arnaqueur est alors confronté à une série de mésaventures dignes d'un scénario hollywoodien, tout cela dans le but d'extorquer de l'argent : il se fait kidnapper, emprisonner, il est victime d’un terrible accident, il doit payer la baby-sitter de ses enfants, son avocat etc. Les versions sont nombreuses.

C’est l’histoire d’Elizabeth qui rencontre Paulo Timao, architecte de 58 ans, bel homme et beau parleur sur un site de rencontres. Cet homme tombe immédiatement amoureux d’elle et une rencontre est rapidement programmée. Malheureusement, il doit subitement se rendre au Bénin suite au décès soudain de sa mère et une fois arrivé là-bas, les catastrophes s’enchaînent.
 
Sa carte bancaire est bloquée, il doit payer les funérailles de sa mère et a besoin d’argent, il est ensuite gravement malade et doit payer les frais hospitaliers. Elizabeth lui enverra au total 4600 euros. Retrouvez son témoignage complet ici*.

Comment réagir ?

En général, il est difficile pour la plupart des victimes d’admettre qu’elles ont été piégées et que leur histoire d’amour n’était qu’un terrible mensonge. C’est pourquoi elles peuvent continuer à envoyer de l’argent pendant des mois, voire des années. Cependant, il est possible de s’en sortir grâce au soutien de ses proches et aux associations venant en aide aux victimes comme par exemple l’association A.V.E.N. Il est également important se s’informer et c’est d’ailleurs le but de cet article.

Alors, comment reconnaître un « arnacœur » au premier coup d’œil ?

- La recherche d’images en ligne.

Une personne vous intéresse sur un site de rencontre ? Vérifiez avant tout si la photo de son profil est légitime avec Google Images. Ne perdez plus votre temps à parler avec un imposteur. Selon Avast, 20 % seulement des personnes interrogées ont affirmé savoir comment vérifier l’authenticité des photos postées en ligne. Ce n’est pas suffisant ! Voici comment procéder :

1) Sauvegardez la photo de votre interlocuteur sur votre ordinateur.

2) Rendez-vous sur Google Images et téléchargez-y la photo en question.

 

google-images2 « Google images » ou comment détecter un brouteur en un clic.

 

3) Si cette photo apparaît sur une multitude de sites Internet, c’est qu’il s’agit d’une photo volée. Stoppez toute conversation avec la personne en question et bloquez-la.

 

google-images Cette photo apparaît sur de nombreux sites, y compris un site de prévention contre les escrocs.

 

- Les fautes de français.

Les brouteurs, n’étant pas d’origine française, tendent à faire d’énormes fautes d’orthographe, de grammaire et de syntaxe. Voici l’exemple d’un courrier reçu par une victime d’arnaques aux sentiments :

« tu doit me croire chue sincère avec toi je t'aime et maintenant je pense que si tu pense autrement de moi tu n'auras plus de mes nouvelle et je pense que si je te perd vaut mieux ne plus vivre tu comprend !! Réfléchir bien je t'aime ! »

Dans ce cas spécifique, il est évident que la personne en question n’est pas d’origine française.

 

- Les poèmes trouvés sur Internet.

Les brouteurs ne tardent pas à déclarer leur flamme et le font en se servant de poèmes trouvés sur Internet pour le faire. N’hésitez pas à le vérifier tout simplement en copiant le texte envoyé par votre interlocuteur et en le copiant sur Google. Un texte plagié apparaîtra immédiatement dans les résultats de recherche et il y aura donc de fortes chances pour que vous ayez affaire à un arnaqueur.

 

- Toujours les mêmes photos.

Un autre moyen de détecter si vous êtes victime d’un arnaqueur est de lui demander de vous envoyer des photos différentes de celles qui se trouvent sur son profil. En général, le brouteur n’a en sa possession qu’un nombre limité de photos représentant une même personne et trouvera mille et une raisons pour ne pas vous en envoyer de nouvelles : pas d’appareil photo, webcam en panne etc. Á moins d’habiter sur Mars, rien ne peut justifier qu’en 2015, une personne soit dans l’impossibilité de vous envoyer une photo, que ce soit par l’intermédiaire d’un ami ou au pire des cas depuis un cyber-café.

 

Internet est un monde virtuel rempli de dangers qui eux, sont bien réels. Il est donc important de s’informer afin de ne pas tomber dans des pièges pouvant être facilement évités. Une simple recherche sur Internet vous donnera les ressources nécessaires pour distinguer le vrai du faux et pour étendre vos connaissances sur le sujet. Et n’oubliez pas, ne partagez jamais vos données personnelles, même avec vos proches, via e-mail ou messagerie instantanée et ne faites confiance à personne. Les pires escrocs peuvent se cacher derrière leur écran d’ordinateur, ne tombez pas dans leurs filets.

 

*Propos recueillis sur le site http://www.arnaqueinternet.com.
 
 

Merci d’utiliser Avast Antivirus et de nous recommander à vos amis et votre famille. Pour toutes les dernières nouvelles, n’oubliez pas de nous suivre sur FacebookTwitter et Google+.