Protecting over 200 million PCs, Macs, & Mobiles – more than any other antivirus

17/04/2012

Le bouton « Zahlungspflichtigbestellen» arrive…

 

En matière d’outil de protection des consommateurs imprononçable, l’Allemagne est le grand vainqueur de l’Union Européenne.

L’Allemagne est en effet devenue le premier pays à ordonner une nouvelle loi européenne destinée à protéger les consommateurs en ligne contre les nouvelles formes de fraude informatique. L’un des changements notoires avec cette nouvelle loi sera l’apparition d’un nouveau bouton sur les sites Internet appelé « Zahlungspflichtigbestellen », que l’on peut traduire par « commande avec obligation de paiement ».

Cette loi vise à lutter contre les « pièges de souscription » en ligne, c’est à dire les sites qui attirent les consommateurs avec des offres gratuites mais qui en réalité les abonnent à un service payant aux conditions trompeuses voire frauduleuses.

D’ici la fin de l’année 2012, les clients des sites d’e-commerce allemands devront ainsi cliquer sur le bouton nommé « Zahlungspflichtigbestellen » pour finaliser leurs achats en ligne à la place du bouton « anmeldung » d’inscription  actuel.

La « Loi du bouton » adoptée par le parlement allemand est une conséquence de la Directive Européenne 2011/83/EU pour les droits des consommateurs. Ce dernier pourrait servir de modèle pour les autres pays de l’Union Européenne, d’ici la date limite de cette Directive, à savoir 2013.

Selon Jana Pattynova, associée du bureau de Prague de l’entreprise de droit international Pierstone, ce nouvel outil devrait permettre aux acheteurs en ligne potentiels d’être informés sur trois points essentiels :

  1. Qu’il ne s’agit pas d’un service gratuit : Les clients doivent reconnaître explicitement que le service auquel ils ont souscrit leur coûtera une somme d’argent.
  2. Combien cela va leur coûter : Les clients doivent être informés à l’aide d’une police d’écriture lisible et de couleur, du coût réel du service souscrit.
  3. Quel est l’accord exact : Les clients doivent avoir une idée précise des termes du contrat, de sa durée et de ses conditions.

 

Pour Jana Pattynova, d’après la loi allemande, si un site Internet dispose d’un bouton de commande mal nommé, le contrat est nul et non avenu.

Bien entendu, tout site requérant votre numéro de carte de crédit devrait être considéré avec une certaine prudence.

AVAST Software est actuellement en conflit avec différents sites comportant des « pièges de souscription » qui prétendent proposer ses antivirus gratuits en les associant en réalité à des coûts dissimulés et des conditions générales bien dissimulées dans les Contrats de Licence Utilisateur Final (CLUF). Certains des sites bloqués par AVAST sont des logiciels malveillants, d’autres sont listés dans la section des bases de connaissance de son site web. Cependant, il est difficile d’empêcher les internautes de se rendre sur ces sites avant même qu’ils aient téléchargé avast!.

Le message que nous souhaitons faire passer aux usagers du monde entier est qu’avast ! Free Antivirus est comme son nom l’indique gratuit. Si un site tente de vous faire payer pour pouvoir le télécharger, quittez-le immédiatement et avertissez-nous.

Si vous ne savez pas où télécharger l’antivirus, rendez-vous simplement sur le site officiel www.avast.com, qui vous redirigera automatiquement sur la plateforme de téléchargement de confiance la plus proche.

Les commentaires sont fermés.